Un panel d’experts travaillera pendant les deux prochaines années à documenter les rares peintures murales du Château de Germolles
Article mis en ligne le 4 février 2015

par Christian DEGRIGNY
Imprimer logo imprimer

Pendant la période 2015-2016, le château de Germolles et plus particulièrement ses peintures murales réalisées par Jean de Beaumetz et son atelier vont devenir une étude de cas de l’Action européenne COSCH (Colour and Space for Cultural Heritage) coordonnée par Christian Degrigny, l’un des deux gestionnaires du lieu. De nombreux experts en méthodes d’imagerie viendront étudier les rares peintures de la fin du XIVe siècle qui décoraient les murs des appartements de Marguerite de Flandre, propriétaire du lieu, de son époux, Philippe le Hardi et de leurs proches, dont leur belle-fille, Marguerite de Bavière, Comtesse de Nevers et épouse de Jean sans Peur.

Les peintures ont été restaurées de 1989 à 1992 par H. Takahashi. Elles montrent pour la garde-robe de Marguerite de Bavière de grandes lettres « P » et « M », initiales des princes et entre celles-ci des chardons, le tout de couleur blanche sur un fond vert. Fin 2013, lors d’une première mission menée dans le cadre de l’action COSCH des restes de décor métallique sont révélés sur les chardons. Une année plus tard ces décors ont été analysés avec le soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) de Bourgogne et indiquent l’utilisation de feuilles d’étain a priori doré. Cette information corrobore celle tirée des livres de compte du Château de Germolles, conservés aux archives départementales de Dijon, et montre qu’on est bien en présence d’un décor original. Grâce à ce travail préliminaire, nous savons aussi que les arabesques qui décorent l’extrémité des lettres « P » de Philippe le Hardi avaient été réalisées à dessein.

Les peintures de Germolles n’ont pas encore révélées tous leurs secrets. Dans les années à venir, nous allons tenter de mieux comprendre la technique picturale utilisée à Germolles qui se rapproche de celle employée sur le Puits de Moïse de la Chartreuse de Champmol réalisé par le sculpteur Claus Sluter, qui a travaillé à Germolles, et peint par Jean Malouel, successeur de Jean de Beaumetz. Nous examinerons également la tenue physique des peintures sur leur support. L’ensemble de ces examens se fait sans prise d’échantillons. A terme, nous en prélèverons quelques uns pour affiner notre connaissance de la stratigraphie des couches de peinture.

Ce travail sera poursuivi sur l’ensemble des peintures murales de l’étage ducal. Il nous permettra de définir une méthodologie de documentation qu’on emploiera lorsque d’autres peintures seront dégagées de leur plâtre moderne et restaurées.

L’ensemble du projet bénéficie d’une subvention de la DRAC-Bourgogne.


Découverte des peintures de la garde-robe de Marguerite de Bavière en présence des experts du Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (Champs-sur-Marne), de l’Institut Royal du Patrimoine Artistique (Bruxelles), du Centre Interdisciplinaire pour la Conservation et la Restauration du Patrimoine (Marseille), du Laboratoire Rathgen des musées de Berlin, de l’atelier Laurence Blondaux, de l’Institut de Physique Appliquée “Nello Carrarate” du Conseil de la Recherche Italien (Florence), de l’Institut des Matériaux et de la Construction de l’Université d’Art et des Sciences Appliqués de Suisse Méridionale (Lugano) et de l’Institut de Recherche sur les Archéomatériaux de l’Université de Bordeaux, crédit F. Piqué.



puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2017 © Château de Germolles - Bienvenue ! - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.72.21