Une histoire de tête…
Chronique germolléenne 2008-1
Article mis en ligne le 24 septembre 2008
dernière modification le 22 octobre 2008
par Christian Degrigny
Imprimer logo imprimer

Depuis quelques années, le château de Germolles, ancienne demeure palatiale de la duchesse de Bourgogne Marguerite de Flandre (XIVe siècle), fait l’objet d’une nouvelle série de campagnes de fouilles archéologiques, effectuées sous le contrôle du Service Régional de l’Archéologie. Lors des prospections effectuées dans le cellier, l’hiver dernier, une découverte particulièrement intéressante a été faite. En effet, le 28 décembre était mis au jour une petite tête en calcaire, finement sculptée, montrant le visage d’un homme d’âge mûr, couvert d’un chaperon. Quelle ne fut pas la surprise des inventeurs en voyant que ce fragment se recollait parfaitement avec une figure acéphale sur la cheminée actuellement placée dans l’entrée principale du château.

La majestueuse cheminée s’élevait jadis dans la Grande salle, c’est-à-dire la salle de réception de la demeure. Cette cheminée monumentale était d’ailleurs particulièrement remarquable, puisque sa partie supérieure était dotée d’un balcon qui servait de tribune pour les musiciens. Mais vers la fin du XVIIIe siècle un incendie a dû dévaster la salle et cent ans après l’impressionnante cheminée a été démontée et transportée à son emplacement actuel.

Les chapiteaux des deux piliers latéraux de la cheminée sont couverts de scènes sculptées : d’un côté un chevalier en armure accompagné d’un lion affronte un griffon et de l’autre un homme portant un manuscrit sort d’une maison. La première scène est tirée d’un roman d’un écrivain célèbre de la fin du Moyen Âge (Chrétien de Troyes), évoquant les exploits du légendaire chevalier Yvain, et la seconde représente vraisemblablement le narrateur. Quant aux deux figures allégoriques placées sur le devant, elles incarnent sans doute certaines des qualités censées correspondre à la duchesse de Bourgogne et à son époux, les maîtres du lieu.

C’est donc la figure ornant l’avant du montant gauche de la cheminée qui vient de retrouver sa tête. Monsieur Desroches, restaurateur, vient de remettre en place ce précieux vestige qui complète la figure brisée, sans doute durant la Révolution. Conservateur-restaurateur installé à Lyon, spécialisé dans le traitement des sculptures en pierre, Emmanuel Desroches est intervenu en utilisant des produits adaptés à ce genre de travail, garantissant en particulier la réversibilité. ce travail a été financé par la nouvelle association des Amis du château de Germolles avec une subvention du Ministère de la Culture.

Aujourd’hui on peut à nouveau admirer ce personnage, presque entier, œuvre de Claus Sluter, le célèbre sculpteur officiel du duc et de la duchesse de Bourgogne, tel qu’il était avant les destructions révolutionnaires, il y a plus de deux cents ans…

JPEG - 107 ko
Le restaurateur Emmanuel Desroches au travail
Téléchargements Fichiers à télécharger :
  • Après l’intervention
  • 59 ko / JPEG
  • Avant intervention
  • 64 ko / JPEG
  • Comblement au niveau de la fracture
  • 59.6 ko / JPEG
  • Refixation du fragment de tête
  • 60.4 ko / JPEG
Forum
Répondre à cet article


puce Plan du site puce Contact puce Espace rédacteurs puce squelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2017 © Château de Germolles - Bienvenue ! - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.72.21